Traditionnelle

Vous rêvez d’être publié par une maison d’édition. On écrit pour être lu, évidemment, à moins qu’il s’agisse de votre journal de bord ou de vos mémoires que vous ne partagerez qu’avec vos proches. Chaque vie mériterait d’être publiée, mais les autobiographies se vendent bien lorsqu’on est connu.

Par où commencer?

Raconter n’est pas simple. Imaginer une histoire de plus de cent pages demande du temps, de l’imagination et du travail. Certaines personnes établissent un plan élaboré au départ, d’autres n’écrivent que les grandes lignes et imaginent à mesure que le roman évolue. Le résultat n’a rien à voir avec une recette gagnante. Parce que chacun a sa façon de faire. Votre livre doit vous ressembler.

Vous devez savoir que le plus difficile commence une fois l’histoire écrite. L’imagination, même si elle est la pierre fondamentale du roman, n’est pas tout. Malgré votre talent ou vos dispositions de départ, écrire est un art exigeant. On doit y investir le temps nécessaire et se faire accompagner au besoin.

La patience sera votre meilleure alliée. Tout reprendre du début comme si c’était la première fois en revoyant le texte, la construction des phrases, les dialogues, les redites, la date des événements pour s’assurer que tout coïncide, comme un enquêteur le ferait pour expliquer un meurtre. J’irais jusque-là car écrire est un travail de moine.

Surtout, il faudra intéresser le lecteur de la première à la dernière page, en lui faisant vivre des émotions qui le bouleverseront, le feront rire, l’impliqueront dans l’histoire en lui faisant comprendre ce que les personnages vivent, ou le feront réfléchir tout simplement.

Une fois le travail terminé, ce qui prend des mois ou quelques années (je parle toujours d’un roman d’au moins une centaine de pages), il vous faut trouver les maisons d’édition qui publient votre genre de roman. N’oubliez pas que ce sont elles qui vous choisissent car les réponses positives se font rares. Plusieurs appelés, peu d’élus. Vous devez trouver les maisons d’édition qui publient votre genre de roman.

  • Si la réponse est non

Imaginez, vous avez attendu des mois et au bout du compte, personne n’a montré de l’intérêt pour votre ouvrage. Il vous reste quatre options :

Vous mettez votre roman aux oubliettes
Vous le retravaillez (en suivant les rares conseils reçus dans les réponses précédentes)
Vous transmettez votre roman à d’autres maisons
Vous pensez à vous faire accompagner par des gens d’expérience

Il ne faut évidemment pas mettre votre roman à la corbeille ou dans un placard. Vous devriez le retravailler avant de le transmettre à d’autres maisons d’édition. Vous pourriez penser à le soumettre pour révision à un spécialiste. Vous ne repartez pas à la case départ, vous avez un bout de fait. Continuez. Ça ne prend qu’un oui d’une maison. En attendant, rien ne vous empêche de vous informer sur l’autoédition et sur l’édition à compte d’auteur.

  • Si la réponse est oui

Généralement, un éditeur ou une éditrice vous téléphonera pour manifester l’intérêt de la maison pour votre ouvrage qui devra subir quelques corrections ou améliorations, ce qui est un cadeau, croyez-moi! Le contrat se signera dans quelque temps et la parution du livre se fera dans un peu plus d’un an (Eh! oui!) car le calendrier pour l’année est probablement déjà complet.

L’édition d’un livre résulte d’un long processus pouvant s’étaler sur quelques mois mais c’est tellement intéressant! Vous attendez le résultat final avec fébrilité. Votre bébé arrive! Le bonheur! Mais le travail n’est pas terminé. Il faut le vendre quand il est chaud!